Page 1  
 
Histoire de Collection:
 Comment ça marche
 
Actualité:
Le sabre de Ali Baba au musée.
 Actualité:
La 1st Special Service Force.

 

Page 2  
 en attente
 

Page 3
 Articles de vulgarisation
 L'art poilu 14-18
 La quille de libérable

 

Page 4
 Trucs et astuces

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Ma mère m’a donné la  naissance

Ma femme la   jouissance

L’armée la      souffrance

La quille la    délivrance

(Devise souvent relevée sur les quilles)..

 

Page 3 - 1 - 2 - 4 -
Cliquez sur les photos pour agrandissement.

 en violet = les réponses suggérées


  L'ART POILU 1914-1918

 

 Un briquet en forme d’obus, un autre confectionné avec des boucles de ceinturons allemands, un vase en douille de 75 décoré de feuillages, un porte-plume et un porte-crayon à base de balles de fusil, un cul de lampe à pétrole orné d’une naïade exceptionnelle, une émouvante bague en aluminium, tout ces objets sont les témoins d’une période difficile.

Cliquez sur la photo.

Le poilu passait deux jours en première ligne, au contact direct de l’ennemi et retournait pour quatre jours de repos à l’arrière.

« le premier jour on s‘épouillait, le deuxième on lavait son linge, le troisième on se saoulait et puis on se tapait dessus ».

C’est à ce moment que les chefs d’unités ont pensé qu’il fallait occuper les hommes. Ils ont organisé des concours d’objets de tranchées confectionnés avec les douilles d’obus ,de balles, en cuivre ou en laiton qui traînaient partout à profusion. Il y avait des sujets libres et des sujets imposés. Parmi les sujets libres figuraient les cendriers, encriers, bagues, portes plumes,  les briquets et d’autres objets fantaisie. Des hommes habiles ont quelques fois réalisés de véritables œuvres d’art.

La propagande s’est emparée de cette activité de guerre.

On connaît une carte postale représentant un tour à métaux dans une tranchée, et des soldats qui confectionnent joyeusement des souvenirs. Impensable… c’est une carte de propagande pour faire croire que les poilus étaient si tranquilles dans leurs gourbis qu’ils étaient équipés au mieux.

          Les pôvres...

    à suivre au prochain n°  ...

  


 La quille de libérable :

- La quille …Bordel !!

Ce cri poussé par nombre de bidasses en mal de liberté ne crève plus le silence des quartiers proches des casernes ou le tumulte des gares de chemin de fer.

Cet objet mythique était confectionné avec amour par le soldat appelé sous les drapeaux, après la fête du « père cent ». La quille est empreinte de toute sa personnalité, souvent réalisée avec les moyens du bord. Certaines sont affublées de pompons, insignes, fourragères, capsules de bouteilles et autres devises intellectuelles toujours pleines d’ humour.

Actuellement, après cent jours de conception, une journée de bonheur, et des années d’oubli, elles sont sur les armoires recouvertes des poussières du temps. Malgré ce désintérêt, il suffit de demander sa quille a l’un de ses propriétaires pour constater combien il y tient.

Alors si vous en avez, sortez-les, nettoyez-les, montrez-les, exposez-les et vous verrez les souvenirs resurgiront.

Et de plus, le Kitch est à la mode.

Mais au fait, qui sait depuis quand la quille est devenue ce symbole de fin de service militaire?

Pourquoi la quille?

Existe-t-il des collectionneurs de quilles?  

Répondre à :  histoire.collection@wanadoo.fr

 le 8 mai 2006. Eh oui il y en a au moins un qui nous dit:
 LA QUILLE
La Quille était , à la fin du XIX ème siècle, le bateau ramenant en France métropolitaine les forçats libérés du bagne de Cayenne. "Avoir la Quille" signifiait alors "être libéré". Dès le début du XXème siècle, la tradition de la quille symbole de libération atteint le monde militaire ; le terme se concrétise par une quille en bois de taille variée. Le jeu de quilles est alors à la mode chez les enfants et dans les campagnes françaises. La quille plus ou moins décorée, souvent coloriée aux couleurs du régiment, porte le nom du titulaire, le numéro de la classe d'incorporation, le numéro de la dernière unité, les étapes du service militaire ... des inscriptions et des dessins grivois (le conscrit libéré, après avoir été "bon pour le service armé" devient "bon pour les filles").
 

Cordialement

Bernard.


 Copyright (c) 1996-2010 Namo Interactive Inc. All rights reserved.
 histoire.collection@wanadoo.fr